Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:49

430411_10150725089445572_539680571_11361513_379395232_n.jpg

Repost 0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 07:05

0803.jpg

Repost 0
JEHANNO Franck - dans info
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 19:29

424023_10150837263583957_1982072855_n.jpg

Repost 0
JEHANNO Franck - dans missive
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 10:48

gilbert.JPG

 

La sécurité, on la traite où on l'exploite.

On ne peut pas faire les deux choses à la fois !

 

Par Gilbert BONNEMAISON, ancien Vice-Président

du  Conseil National de Prévention de la  délinquance.

 

Les violences paraissent s’apaiser et, tous, nous serions heureux que le mouvement se confirme tant la situation faite aux habitants de ce que l’on n’appelle plus que “les quartiers”, est insupportable. Mais chacun sait que ni la seule répression, ni le couvre-feu n’apporteront de solution durable à un problème qui s’enracine dans les conditions même de nos rapports sociaux.

                   Revenir à la normale, c’est retrouver le rythme quotidien de soixante voitures brûlées par nuit. Comment s’en satisfaire ? Et cessons de stigmatiser les émeutes… Sans elles, nous serions encore sous la monarchie absolue. D’ailleurs qui parmi nous n’a pas un ançêtre émeutier ou n’a été émeutier lui-même ? Ayons un peu de mémoire.

                   L’omniprésence médiatique du ministre de l’intérieur masque une réalité étourdissante: cette crise des banlieues signe l’échec total de la politique du “tout répressif “ voulue et défendue par ce même ministre. On ne s’interroge pas suffisamment sur la seule question qui vaille quant à l’étincelle qui a enflammé les banlieues: pourquoi trois jeunes, dont il est acquis à ce jour, qu’ils n’avaient rien à se reprocher, ont-ils été assez effrayés par un simple contrôle d’identité pour s’enfuir et perdre tout sens commun au point de se réfugier dans le pire endroit qu’ils pouvaient trouver ?

                   L’abandon des missions de police de proximité, le harcèlement des jeunes en dehors même de toute infraction, loin d’avoir empêché les émeutes, se trouvent directement à leur origine. Comment une réalité aussi aveuglante ne convaint elle pas l’opinion de se détourner d’une politique qui accentue le mal qu’elle est censée combattre?  Sans doute parce que le “génie” du populisme n’est pas de dégager des solutions mais de jouer des frustrations et du ressentiment.

                   A l’inverse, j’ai toujours défendu une politique de prévention, non par sensiblerie, pas même parce que notre morale humaniste aurait commandé ces choix, mais parce que c’est sur ce seul fondement que peut se construire une politique efficace de réduction de la violence, l’unique réponse sociale utile et durable à la question de la délinquance.

                   En 1982, le rapport de la Commission des maires sur la sécurité a fait soixante-quatre propositions. Celles-ci, pourtant adoptées par trente-cinq maires de toutes tendances, n’ont jamais pu être appliquées sérieusement. Crédits insuffisants, effets des alternances politiques, changements des choix et des priorités, aucune politique durable et efficace n’a pu être mise en oeuvre. Toujours est-il que de nombreux pays en Europe et dans le Monde ont pris nos idées pour développer ce que nous n’avons pu entreprendre et réussir. Nous serions bien inspirés d’aller voir à notre tour, ce qu’ils ont réalisé !

                   Une politique de prévention ne peut s’improviser. Elle ne peut se contenter de mesurettes improvisées, pour un discours d’un soir, après plus de quinze jours d’épreuves douloureuses pour tous.  On ne peut pas en attendre des effets à court terme. Elle implique en effet un engagement sur la durée de tous les acteurs sociaux dans le cadre de politiques publiques coordonnées.  Aussi, pour sortir de la crise, il faut faire des banlieues une cause nationale.

 

Au nom de l’expérience républicaine que nous avons connue au sein du Conseil National de la Prévention de la délinquance, j’en appelle à tous les maires de France, A nos Compatriotes :

 

Qui sommes nous ?

des Français. Mais lesquels ? les bons ? les mauvais ?

Faut il que les habitants de ce pays attendent de nouvelles tensions, de nouvelles explosions pour que des citoyens , des élus, des responsables se décident enfin à agir , en s’engageant au-delà des alternances politiques, avec une volonté affirmée de contribuer à  faire évoluer sans délai les quartiers de la République ?

Il n’est pas besoin d’être de droite ou de gauche, d’une religion ou d’une autre .

Il suffit d’être Femmes et Hommes de bonne volonté.

 

Pour participer à cet appel il suffit de vouloir résorber ensemble , les souffrances, les excès d’inégalités que l’on trouve aux marges de notre société.

 

 

 

gilbert1.jpg

Repost 0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 19:22

fj.jpg

Repost 0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 17:19

« Si le despotisme venait à s’établir chez les nations démocratiques de nos
jours, écrit ainsi Tocqueville, il serait plus étendu et plus doux, et il
dégraderait les hommes sans les tourmenter. » Dès lors, il imagine cette
« chose nouvelle » que serait ce despotisme inconnu, né d’une société dont
chacun des membres serait « comme étranger à la destinée de tous les
autres », n’existant « qu’en lui-même et pour lui seul », perdu dans « une
foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur
eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils
remplissent leur âme ».

Cette dépossession démocratique à l’abri d’un vernis démocratique verrait
l’ascension, au-dessus de ceux qu’il gouverne, d’« un pouvoir immense et
tutélaire qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur
leur sort ». Ce pouvoir-là « ne brise pas les volontés, mais il les amollit,
les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans
cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne
tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et
il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides
et industrieux, dont le gouvernement est le berger ».

« J’ai toujours cru, conclut Tocqueville, que cette sorte de servitude,
réglée, douce et paisible, dont je viens de faire le tableau, pourrait se
combiner mieux qu’on ne l’imagine avec quelques-unes des formes extérieures
de la liberté, et qu’il ne lui serait pas impossible de s’établir à l’ombre
même de la souveraineté du peuple. » Et de laisser tomber cette sentence
définitive qui rejoint nos inquiétudes contemporaines : « Dans ce système,
les citoyens sortent un moment de la dépendance pour indiquer leur maître,
et y rentrent. » Nul hasard sans doute si cette alarme, trop longtemps
oubliée, fut prise au sérieux et souvent citée par Pierre Mendès France, le
plus entêté des républicains français dans le refus de la personnalisation
du pouvoir induite par la Cinquième République – « Choisir un homme, fût-il
le meilleur, au lieu de choisir une politique, c’est abdiquer. »

Réfléchissant en 1976 à la question du pouvoir, Mendès France s’inquiétait
du possible avènement d’une « situation de despotisme de fait » conduisant
« insensiblement à cette “tyrannie douce” dont parlait Tocqueville » (cf.
Pierre Mendès France, La vérité guidait leurs pas, Gallimard, coll.
« Témoins », 1976). « Appelés au gouvernement, expliquait-il, certains
peuvent être tentés de transformer une mission conditionnelle et révocable
en une sorte de délégation permanente : se croyant et se disant investis
d’une grande mission, persuadés qu’ils font mieux que l’adversaire, ils
peuvent chercher à conserver le pouvoir en abusant d’une propagande
unilatérale, en exploitant le charisme d’un chef, les mythes, les peurs et
les craintes, le chauvinisme et le racisme, l’égoïsme de classe, les
promesses de la démagogie. »

 

Merci Bernard " association ESPOIR COLMAR"

 

Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 11:42

 

 

La version 2012 du régioguide a été boitée samedi sur le territoire d’EPINAY SUR SEINE.

 

 

Malgré la note de l’éditeur qui stipule « Nous avons apporté le plus grand soin à  la mise en place des renseignements contenus dans l’ouvrage »

 

Dans la rubrique renseignements généraux de notre commune aucun CONSEILLER MUNICIPAL d’opposition n’est mentionné.

Auprès de qui l’éditeur de cet ouvrage, comme il se plaît à le rappeler, a pris ses renseignements.

Je tiens simplement à rappeler à la société M.D.P éditeur de cet « ouvrage » que lors du second tour des dernières élections présidentielles de 2007 les représentants politiques qu’ils ont ignoré sur leur brochure étaient 10886 VOTANTS soit 60,58 % des voix exprimées par les spinassiennes et spinassiens.

 

Si le régioguide est une brochure politicienne, merci d’en informer les habitants et d’avancer à  visage découvert.

 

. La Démocratie locale ne s’en portera que Mieux.

 

 

1

 

Repost 0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 19:09

carte-2012-3.jpg

Repost 0
JEHANNO Franck - dans missive
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 22:01

sr-copie-1.jpg

Repost 0
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 10:55

z1.jpg

Repost 0
JEHANNO Franck - dans missive
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Franck JEHANNO
  • Le blog de Franck JEHANNO
  • : Ma famille est Spinassienne depuis quatre générations, je vis à EPINAY SUR SEINE depuis toujours. Webmaster et collaborateur de Gilbert BONNEMAISON de 2001 à ses derniers jours. Ce blog est un outil qui me donnera les moyens de soulever quelques problématiques concernant ma ville qui me tiennent à cœur.
  • Contact

Recherche

Pages